Le bassin du parc Beaubien à Outremont est dépouillé de ses nénuphars, mais il me plaît de les imaginer - roses et non blancs - mobiles et frêles comme ces bateaux en papier que nous fabriquions enfants et que le courant emportait, une minute à peine, puis coulait. La lumière de juillet, trop intense, dévore tout. J'attends patiemment qu'un nuage accentue les ombres. Avec un peu d'imagination je suis à Giverny...

1

2

3

4

Une heure plus tard

Les Enfants terribles où j'invite Francine pour son anniversaire servent leurs mojitos dans de curieux verres. Cette main blanche me rappelle quelque chose...

5

J'ai vu la même, il y a très longtemps, sur la couverture d'un roman policier. Elle était rouge et il y avait le mot « cadavre » dans le titre. Le livre, sans doute nul car je ne l'ai jamais lu, faisait partie de la collection de pocket books qui nous étaient interdits. Une recherche sur le net montre une édition de 1954. Ce doit être celle-là :

5

Aucun rapport avec les Nymphéas sinon que les photos ont été prises le même jour.